{200,90}
Creative Common By SA

L’écoute scientifique et la communication {id_article}

Article AGORA VOX
mardi 16 juillet 2013 par Matthieu GIROUX

Beaucoup d’enfants et donc d’adultes aiment écouter. Cette faculté à comprendre devient alors une intuition chez eux. Seulement il ne faut pas qu’ils soient enfermés dans cette écoute qui peut amener une simple recherche de causes subjectives.

Recherche de vérité

La recherche de la vérité est très difficile en notre monde. Pourtant notre esprit cherche intuitivement à trouver la vérité. Les codes de notre société manquant de créativité créent en nous des incompréhensions. La vérité de notre société pourrait être que l’univers a une capacité créatrice et que l’humain possède en lui une raison créatrice, si sa société le lui a permis. Notre raison créatrice nous sépare de l’animal. Notre raison créatrice permet non seulement de transformer mais aussi d’améliorer la nature. Si chacun sait que notre économie est basée sur la densité d’énergie, cette faculté créatrice permettant de faire de plus en plus de découvertes et d’inventions, permet alors d’envisager le co-développement permettant la paix et les voyages dans l’univers.

En effet notre esprit est fait pour construire. Seulement quelqu’un qui ne peut ou ne veut avancer voudra détruire son entourage s’il ne lui apporte pas une réponse dans sa recherche de vérité. Soit nous évoluons soit nous régressons. Le conservatisme n’existe pas réellement et est une invention médiatique.

La prison de la causalité subjective

Ainsi beaucoup de ceux qui écoutent n’ont pas cette vérité ou une similaire en leur possession. Ils ne peuvent donc envisager correctement un futur. Ces personnes, qui sont la majorité de la population, sont emprisonnées dans la recherche de causes venant de leur subjectivité. Selon Plank, ces personnes, dès qu’il y aura un problème, chercheront le fautif ou le problème de leur inconscient sans chercher un début de résolution dans leur esprit. Ils ne s’intéresseront pas aux causes scientifiques. Lorsqu’ils devront résoudre le problème ils demanderont alors de l’aide. Le problème et la solution viendront des autres. S’ils découvrent que le problème vient d’eux ils seront déstabilisés.

De l’écoute à la communication

Il y a beaucoup de cours intéressants au CNAM. Un cours de Communication écrite et orale en Ingénierie du CNAM, accessible à quiconque, peut vous permettre de passer de l’écoute à la communication, si ensuite vous continuez avec des cours de lecture de contes, de théâtre, d’écriture ou en créant vos ateliers. Ces cours permettent d’envisager le dialogue scientifique pour sortir de la subjectivité.

L’esprit scientifique

Une alternative à notre subjectivité est la réflexion scientifique appelée réflexion platonicienne. À chaque nouvelle expérience ou trouvaille, on la vérifie et on émet une ou des hypothèses. Si cette expérience ou trouvaille émet en nous une passion, c’est-à-dire l’envie de travailler pour chercher une réponse, on peut orienter notre avenir vers cette passion. Quelqu’un qui ne veut pas se passionner sera tenté de vouloir détruire son entourage. En effet, la passion permet d’évoluer. Si on n’évolue pas on régresse.

Les hypothèses émises seront à vérifier un jour. Notre esprit sera enthousiaste dès qu’il y aura un accès. Ces hypothèses vont alors émettre en nous une hypothèse supérieure, vérifiant les autres et sortant du cadre de réflexion quotidien. Cette hypothèse supérieure est un aboutissement de notre vie. Elle sera vérifiée par ce qu’on appelle, selon Platon, l’hypothèse de l’hypothèse supérieure. Cette vérification est un des axiomes de l’humain, qui peut ou pas être contredit, s’il est ou pas sur une limite de l’humain. Créer ou vérifier une hypothèse supérieure peut nécessiter de s’intéresser à l’ensemble des limites de l’humain.

L'école d'Athènes où l'on voit Platon avec le doigt levé au centre

Sortir de la subjectivité

Nous avons un gros défaut. Il nous est très difficile de comprendre notre ego. Seul un esprit rationnel peut le faire. En effet l’émotion entraîne une fuite en avant, quand celui qui ne veut pas évoluer veut inconsciemment oublier ou refouler ses problèmes par manque d’information. En effet l’émotion peut créer un inconscient de plus en plus destructeur parce qu’elle ne permet pas de se contrôler, de savoir où l’on va.

La rationalité n’arrive pas tout de suite. L’écriture, l’architecture, l’histoire des nations ou de la science, la communication avec son contraire permettent de devenir rationnel grâce à sa propre recherche de vérité, nécessitant de trouver des réponses satisfaisantes aux questions demandées par l’esprit.

Cependant même quelqu’un de rationnel peut être pris par l’émotivité, pouvant elle-même mener à la confrontation. C’est pourquoi il est important de comprendre ses sens grâce à la musique et la poésie. La musique sans solfège ou une chorale peuvent en plus mettre en valeur notre créativité pour s’adapter aux autres afin d’atteindre un objectif commun : La beauté. La beauté c’est l’éternité d’une vérité qui nous galvanise pour nous rendre enthousiaste. Avec la culture classique des Mozart, Bach, Schubert, la recherche de la beauté fait réfléchir pour agir.

La poésie permet de comprendre ses sens. Si on écrit soi-même une poésie dans un atelier d’écriture on aboutit directement à une vision de ses sens, que l’on trouve souvent édulcorée au début. S’attacher à ce qui permet d’évoluer donne envie de se comprendre et de casser les barrières de l’émotivité rendant peureux. À la fin évoluer sera un leitmotiv. Si on cherche la vérité en écrivant une poésie permettant de se comprendre soi, on peut trouver mieux qu’une compréhension de soi, plutôt une réflexion aboutie et optimiste.

Ecoute et communication

Beaucoup écoutent car beaucoup de ceux qui écoutent pensent que le monde est imparfait. Ils pensent que le monde leur apporte une mauvaise vertu. Ceux qui communiquent savent jauger les personnes qu’ils ont en fassent d’eux. Ils acceptent le monde tel qu’il est car ils croient le maîtriser.
Celui qui est dans l’écoute doit chercher à communiquer, tout comme l’inverse peut être dit. En effet quelqu’un qui est habitué à écouter veut intuitivement le faire. S’il s’oblige à communiquer avec son contraire il évoluera beaucoup plus vite, car il comblera plus vite ses lacunes. S’auto-satisfaire ne permet pas d’évoluer.

Celui qui communique doit chercher la vérité de ceux qui écoutent. S’intéresser uniquement à l’humain sans comprendre le système qui l’entoure ne permet pas de savoir on l’on va. Il faut aussi un futur sur le long terme effectivement.

Aussi la recherche de ses origines associée à l’architecture ou quelqu’un d’opposé à nous permet de trouver des écrits de cousins ayant une vie similaire à la nôtre. Chercher ses origines permet de trouver des écrits parlant de soi. Cette recherche permet de construire une société afin de résoudre les problèmes liés à nos origines, pour améliorer ou sublimer l’enthousiasme et l’histoire de notre famille.

La communication et son danger

Seulement certaines de nos trouvailles ne pourront se faire qu’en allant vers les autres. L’intuition qui porte la majorité à écouter ne peut suffire pour trouver sa vérité. Il faut donc trouver un ou une partenaire qui communique, afin de créer chez soi une intuition portant à communiquer.

Les communicants peu nombreux ont une très grosse faille. Malgré qu’ils croient profondément au libre arbitre, régissant la liberté ou le libéralisme, ils s’en remettent consciemment à l’autorité pour diriger leur vie. Beaucoup ne font pas la distinction entre liberté et libéralisme, qui peuvent pourtant se contredire. En effet le libéralisme peut apporter un manque de liberté, car c’est un dogme orientant une société vers la destruction du plus faible par une liberté sans limite. La justice dit que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Il est bon de le rappeler.

Conclusion

Celui qui communique devra plus travailler le fond. Celui qui écoute devra plus travailler sa communication et son auto-détermination. Nous devrions tous avoir l’esprit scientifique afin de sortir de la causalité subjective, afin de rechercher des causes et hypothèses scientifiques permettant de trouver les solutions. Elles demandent ou pas une vérification, une incertitude donc. Les meilleurs politiciens comme Jaurès ou des compositeurs comme Bach ou Mozart, en plus de croire profondément en la raison créative de l’humain, cherchent scientifiquement sur les limites de l’humain.

Sources


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 35966

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSS3 Vers le génie scientifique

Creative Commons License