Creative Common By SA

Objectif : Inculture {id_article}

Article AGORA VOX
mardi 16 juillet 2013 par Matthieu GIROUX

L’inconscience se répand. Les plus jeunes comprennent de moins en moins les objectifs de l’école. Le livre “La lecture et l’enfant” montre ainsi que les livres de lecture possèdent quatre fois moins de mots qu’avant, ce qui est une cause de l’illettrisme chez certains enfants.

Quand l’école n’apprend pas à lire aux élèves elle remet la faute aux maladies génétiques et à la dyslexie. Or les maladies génétiques représentent 3 % des maladies de l’humain. Aussi la dyslexie peut être provoquée par une lecture peu encourageante. Ainsi les élèves de primaire ont l’impression d’être pris pour des idiots. Alors soit ils deviennent idiots soit ils se rebellent.

Il convient de dire que l’on a jamais autant su sur l’apprentissage des enfants. Dans le livre "L’intelligence et l’école" aux éditions RETZ, on sait que le bébé apprend à communiquer avec ses proches dès qu’il prend conscience de son indépendance corporelle. Cela lui permettra d’apprendre le langage ensuite. De 18 mois à 2 ans l’enfant apprend les événements entraînant des conséquences. Il a donc déjà un regard critique sur son entourage. À partir de 2 ans l’enfant peut dessiner des formes. À partir de 4 ans il veut tout compter si on lui en donne l’envie.

Au fur et à mesure de son apprentissage, l’enfant est loin d’être dénué de sens. Il ne fait certes que reproduire ce qu’il voit dans son environnement, mais avec un regard critique. Nous n’avons jamais autant su sur nous-mêmes. Les livres sur notre intelligence et notre créativité devraient être connu de tout éducateur ou parent, car ils permettent de remplacer la relation parent-enfant en une simple relation de coopération, permettant à l’enfant d’être valorisé, au lieu d’être pris pour ce qu’il n’est pas. D’autant plus que notre ego communique mieux sans un regard autoritaire. En effet les élèves qui ne vivent pas un environnement idéal dans leur foyer détestent l’échec, que l’autorité met en valeur.

Aussi la compétitivité du professeur ça n’est pas corriger vite. C’est utiliser son intuition le soir pour aider les élèves le lendemain, avec des mots, pas des notes. Ce genre de fonctionnement ne peut se faire qu’avec des classes de 15 élèves ou moins, pour avoir le temps d’apprécier chaque élève. Il faut aussi valoriser avant tout l’élève qui cherche la vérité, pas celui qui présente bien. En effet la recherche de la vérité permet de trouver le bonheur, indispensable pour un travail bien fait.

Dans ma mairie gérée par le PS, on favorise la lecture. Je remarque pourtant autour de moi que les personnes qui lisent sans écrire oublient ce qu’elles ont lu. En effet l’écriture où l’on construit permet de retenir tout ce que l’on a construit. Sans l’écriture notre vie perd du sens. La lecture c’est bien mais l’écriture créative c’est ce qu’il y a de mieux pour chacun.

Dans un monde où on nous explique que la cupidité serait une civilisation, il convient de savoir que l’intérêt général doit être prégnant sur l’intérêt individuel. Or dès qu’un projet est piloté par une grosse entreprise c’est l’intérêt individuel qui risque de gagner. Il faut donc se tourner vers les éditeurs indépendants, ceux qui veulent convaincre, pas ceux qui détournent la réalité de notre situation.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 33812

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSS1 Réfléchir pour agir

Creative Commons License